Récits et témoignages

Journal d’un habitant d’Ingrandes-sur-Loire, pendant la période des guerres de Vendée (1793 – 1800)

Le Mesurage, Ingrandes

Ingrandes – Le Mesurage

Nous remercions Monsieur Yves René SOUDRY, habitant en Touraine, descendant de Julien Pierre SOUDRY, de nous permettre de faire connaître le recueil des Mémoires de son ancêtre qui relate, en détails, les événements qu’il a vécus pendant cette période difficile des guerres de Vendée. Dans cet ouvrage sont cités des habitants d’Ingrandes, de Montrelais, Varades, etc… parmi lesquels vous trouverez peut-être un de vos ancêtres.

Henri de La Rochejacquelein au combat de Cholet en 1793 - Paul-Emile Boutigny
Henri de La Rochejacquelein au combat de Cholet en 1793 - Paul-Emile Boutigny
La Révolution fut dans notre région une période particulièrement troublée, et nombre de nos ancêtres y ont été impliqués, soit en y jouant un rôle actif, soit en subissant les foudres de l'un ou l'autre des deux camps. Il semble que le tribut fut beaucoup plus lourd du côté des Blancs que du côté des Bleus. Je ne voudrais pas toutefois y apporter de conclusion trop hative. La liste ci-dessous n'est pas exhaustive et tout complément sera le bienvenu.

Tiré des mémoires des curés de Challain

Affrontement à Château-Gontier
Affrontement à Château-Gontier
Contrôle de tous les officiers, sous-officiers et soldats de la commune de la Potherie qui ont servi dans les Armées royale de l'Ouest, depuis l'année 1793, jusqu'à la campagne de mil huit cent quinze inclusivement :

Nantes - Jeudi 16 septembre 1943 - Après-midi.

Bombardiers
Bombardiers
Papa est à son travail au Commissariat central rue Garde-Dieu. Maman travaille dans une épicerie, succursale du "Caïffa", rue Mercour, à l'angle de la place Bretagne. Avec mon frère Yves, de deux ans mon aîné, nous jouons dans coin du jardin, à proximité du parc de Procé. A quoi jouons-nous ? Je ne saurais le dire. Sans doute avec quelques soldats de plomb, tous "grands invalides de guerre". En ces temps de restrictions, même les jouets sont rares. La rentrée des classes est pour dans huit jours, et il convient de profiter pleinement de ces derniers jours de vacances.

Regrets


J'venions de m'lever après avoir failli piqué du nez dans la venelle, quand y m'vint l'idée de m'faire une routie; j'ai recepé l'assiette qui a ben failli tomber par terre. J'en finissions point de m'tabuter, j'savais pu quel jour qu'on était, c'était pourtant point ma routie qui m'chauffait la tête. Je pris la reste, puis j'alla crouiller la porte derrière mouai. Tout devant mouai, y'avait-y pas un queniau qui ch'tait des pierres à ma "Diane", si fort, à s'en faire des poulettes, j'lengueulais ben dur et y se mit à pigner : faut ben s'faire entendre des fois, ces corniauds là sont point achalés. Ma chienne vint m'licher le bout des doigts, c'est que pour sûr, elle en a eu peur, et puis il faisait pas ben chaud, le chiffon dehors était tout gueurouer. Pourtant je m'décidions d'aller à la pêche à la rivière; avant j'alla sur le tas de fumier ramasser des aschées. J'commençais à evâyer la paille, quand tout dessous, j'aperçu un vlin ! J'insista point et parti avec ce que j'avions trouvé, surtout qu'avec la fourche j'métions un peu écorché et ça risquait ben de s'envelimer, mais j'allions point bûyer pour si peu, et j'm'en alla. Je m'souviens dans le temps, avec ma bonne amie, nous passions toujours par ce c'hmin là, si ben qu'un jour, elle a deviré et la pauvre elle s'était pas fait de bien et dégrignait ben fort, si fort qu'on en tomba en bise-bille, alors que j'rêvions qu'on aurait pu faire une petite merienne ensemble. Si ben qu'en r'partant, mes yeux étaient remplis de beluettes, dame, j'avais râté le 7e ciel et j'en étions tout affligé.

DadaJohn

Informations supplémentaires